Le modèle danois (Libération)

 

http://www.liberation.fr/planete/2016/09/15/plein-emploi-la-france-en-reve-le-danemark-l-a-fait_1498493

 

Plein-emploi : la France en rêve, le Danemark l’a fait

Par Anne-Françoise Hivert, SCANDINAVIE, de notre correspondante 15 septembre 2016 à 20:41

Avec 4,2% de chômage selon sa Banque centrale, le pays de la «flexisécurité» fait des jaloux. Comment a-t-il fait ?

Pour EM-Fiberglas, une compagnie de la province danoise du Jytland qui fournit l’industrie éolienne et automobile, les difficultés ont commencé il y a deux ans, explique son PDG, Jørgen Ove Jensen. Impossible de recruter de la main-d’œuvre qualifiée. L’entreprise, qui compte une centaine de salariés pour un chiffre d’affaires de 3,2 millions de couronnes (429 720 euros) en 2015, a dû se tourner vers un de ses sous-traitants, qui lui a «prêté» une dizaine d’ouvriers intérimaires, originaires de Hongrie, Roumanie et Pologne. La société a pu ainsi honorer ses commandes. Mais la situation est loin d’être satisfaisante, commente le PDG : «L’expérience au sein de l’entreprise risque de disparaître. Nous sommes sur un marché de niche. Nous avons besoin de recruter des ouvriers avec une formation adéquate.»

Pour compenser le manque de main-d’œuvre, EM-Fiberglas a décidé d’automatiser une partie de sa production. Mais à terme, Jørgen Ove Jensen craint des délocalisations, face à la hausse des salaires et au manque de main-d’œuvre qualifiée. Car son entreprise n’est pas isolée.

Dans son dernier rapport trimestriel, publié mercredi, la Banque centrale du Danemark tire la sonnette d’alarme : l’économie a presque atteint son niveau de plein-emploi et la pénurie de main-d’œuvre, si elle se généralise, pourrait mettre en jeu la croissance du royaume dans les années à venir. Le taux de chômage, tombé à 4,2 %, est «désormais proche de son niveau structurel» et sera fin 2018 «sous ce niveau», constate la Banque centrale, qui met en garde : «Toutes les ressources disponibles sur le marché du travail sont déjà utilisées et des signes indiquent que la pression monte.»

Surchauffe

La Confédération danoise de l’industrie (Dansk Industri) confirme. L’an dernier, 30 % de ses adhérents disaient avoir en vain cherché des salariés. Ils sont 36 % cette année. Selon Jørgen Bang-Pedersen, porte-parole de la confédération patronale Dansk Arbejdsgiverforening, qui ne cache pas son inquiétude, «les difficultés ont commencé en 2012 avec la reprise économique». Tous les secteurs sont concernés. Les plus touchés sont l’industrie, la construction et les services. Ce ne serait qu’un début : selon une étude commandée par le gouvernement, 19 000 ingénieurs spécialisés dans les techniques de l’information et la communication manqueront à l’appel d’ici 2030. «Déjà un tiers des compagnies dans le secteur n’arrivent pas à recruter», témoigne Adam Lebeck, président du syndicat des entreprises ICT.

Pourtant, à en croire les économistes, le Danemark a encore de la marge. «Nous n’avons pas encore atteint le plein-emploi», assure Lars Olsen, chef économiste à la Danske Bank, qui table sur une réserve de main-d’œuvre de 50 à 100 000 personnes. Loin de 2007, où le taux de chômage était tombé à 3,5 %, en dessous de son niveau structurel. Un vieillissement rapide de la population et des départs massifs en retraite, combinés aux difficultés pour les entreprises de recruter à l’étranger en raison d’une politique de l’immigration ultra-restrictive, avaient poussé les salaires à la hausse, provoquant une accélération de l’inflation et la surchauffe de l’économie danoise. Elle avait commencé à décliner un an avant que le reste du monde ne bascule dans la crise, rappelle Lars Olsen.

Flexisécurité

Pourtant, malgré un recul de son PIB de 5,5 % en 2009 et un taux de chômage à plus de 6 %, le Danemark a mieux résisté que ses voisins, constate l’économiste : «Alors que nombre d’autres pays ont dû faire face à une hausse du chômage de longue durée et du chômage des jeunes, cela n’a pas été le cas au Danemark.» C’est bien la preuve, ajoute-t-il, que «le modèle danois de la flexisécurité fonctionne» – un système, désormais célèbre, qui combine flexibilité sur le marché du travail, protection sociale élevée et programmes actifs de retour à l’emploi. Torben M. Andersen, professeur d’économie à l’université d’Arhus, fait l’éloge de «la résilience d’un modèle qui, même exposé à la crise, est parvenu à maintenir un niveau élevé de turn-over sur le marché du travail.» Résultat : ceux qui ont perdu leur emploi ne sont pas restés très longtemps au chômage. Et dès que les premiers signes de la reprise se sont manifestés, les entreprises ont embauché. Cependant, si le modèle danois fonctionne, c’est parce qu’il insiste sur le retour à l’activité des sans-emploi, soutient Torben M. Andersen, qui rappelle que «le Danemark est le pays de l’OCDE qui destine la plus grosse part de son PIB à l’éducation et aux programmes actifs de retour à l’emploi». Cette politique a un coût : le royaume scandinave est le champion du monde de la pression fiscale (voir ci-contre), et un des pays de l’OCDE, avec la France, qui affiche le plus fort taux de dépense publique.

Retraite à 67 ans

Pour l’économiste Lars Olsen, c’est le prix à payer pour garantir un niveau élevé d’activité : «Le Danemark s’illustre par un taux de participation élevé des femmes sur le marché de l’emploi. Mais il faut pouvoir financer la garde des enfants, les soins aux personnes âgées, qui sont des tâches qui dans d’autres pays sont effectuées par les femmes. On dépense beaucoup d’argent pour mettre les gens au travail.» D’ailleurs, il reste de la marge, puisque «20 % de la population adulte danoise n’est pas active», rappelle Thomas Bredgaard, professeur au Centre de recherche sur le marché du travail à l’université d’Aalborg : bénéficiaires de pensions d’invalidité, salariés partis en préretraite, étudiants… Le Premier ministre libéral, Lars Løkke Rasmussen, vient de proposer une série de mesures pour réduire le nombre des inactifs à échéance 2025. Ces dernières années, l’âge de départ en retraite est passé de 61 ans à 65 ans, avec pour but d’atteindre 67 ans d’ici 2022 et de continuer à reculer en fonction de l’allongement de l’espérance de vie. «S’il y a eu des discussions, il n’y a pas eu de manifestations violentes comme ailleurs», lâche le professeur Torben M. Andersen.

Pour le Danemark, le défi est aussi de relancer la croissance de son économie. Car malgré un niveau d’emploi élevé, son PIB par habitant reste entre 6 et 7 % inférieur au niveau d’avant la crise. «C’est une énigme», pour Steen Bocian, chef économiste à la Confédération des entreprises danoises (Dansk Erhverv), qui reconnaît la difficile tâche du gouvernement : «Il faut encourager la croissance, sans créer de bulle.» Relancer la productivité, améliorer la formation, encourager l’activité : «Ce sont des mesures nécessaires, mais qui auront des effets sur le moyen et long terme», note Adam Lebeck, président du syndicat des entreprises ICT, qui demande des initiatives immédiates afin de pallier la pénurie de main-d’œuvre. Une réforme de la «green card» danoise, par exemple, qui limite pour le moment l’octroi d’un permis de travail aux salariés étrangers venant occuper un poste rémunéré à 400 000 couronnes minimum par an.

Anne-Françoise Hivert SCANDINAVIE, de notre correspondante

Publicités

Les commentaires sont fermés.