Vous retrouverez le faire le point sur le cours d’hier consacré à l’étude d’une part des situations de rationnement et d’autre part des gains à l’échange que l’on mesure par les surplus du consommateur et du producteur.

Faire-le-point-EA-3-12-18

Les gains à l’échange se mesurent par le surplus du consommateur et le surplus du producteur

En économie, on parle de gains à l’échange parce que l’échange marchand, en permettant aux individus de se spécialiser dans l’activité dans laquelle ils sont relativement le meilleur (principe des avantages comparatifs), améliore la situation économique des coéchangistes qui, utilisant plus efficacement leurs ressources productives, peuvent atteindre un niveau plus élevé de bien-être matériel.

Sur un marché, les agents économiques rationnels sont libres de contracter ou non des échanges. S’ils le font, c’est que l’échange leur est avantageux et qu’il améliore leur situation économique. On mesure ces gains à l’échange par le surplus du consommateur (différence entre la disposition à payer et le prix de marché) et le surplus du producteur (différence entre le prix de marché et le coût marginal). A l’équilibre, un marché parfaitement concurrentiel permet la réalisation de tous les échanges mutuellement avantageux (ceux pour lesquels à la fois le consommateur et le producteur réalisent un gain à l’échange). Le surplus collectif (surplus du consommateur et surplus du producteur) est donc maximal à l’équilibre.

Publicités