Sujet : Décomposez les sources de la croissance économique

La croissance économique correspond à la hausse forte et durable de la production de biens et de services sur une période donnée dans un territoire donné.

On peut distinguer deux grandes sources de la croissance : une qui repose sur l’augmentation de la quantité de facteurs mobilisée pour produire (croissance extensive) et une autre fondée sur l’amélioration de l’efficience des facteurs de production (croissance intensive).

La fonction de production établit que la croissance économique dépend de la quantité de travail et de capital physique.

On mesure la quantité de travail par le nombres d’heures travaillées pendant une année, elle s’obtient en multipliant l’emploi par la durée annuelle moyenne du travail. Quand ce produit (emploi x durée annuelle moyenne du travail) augmente, le facteur travail contribue positivement à la croissance économique et cette dernière est stimulée.

L’investissement soit l’accumulation de capital physique contribue également à la croissance. Il permet d’augmenter l’intensité capitalistique (K/L) qui améliore la productivité du travail et par suite logique la croissance économique.

Toutefois, la croissance économique n’est pas totalement expliquée par l’accumulation de facteurs de production. C’est ce que R. Solow (PN 1987) a mis en évidence lorsqu’il a procédé à une analyse économétrique de la croissance américaine de la première moitié du 20ème siècle : une partie importante de la croissance américaine ne s’explique pas par l’accumulation de facteurs, il y a un résidu. Les économistes de la croissance vont par la suite s’attacher à endogénéiser le résidu, c’est-à-dire à l’expliquer. Ils vont le renommer productivité globale des facteurs (PGF), soit l’amélioration de l’efficience des facteurs de production : la quantité produite peut augmenter même si la quantité de facteurs n’a pas bougé parce que les facteurs sont désormais mieux utilisés. Cette meilleure utilisation des facteurs est notamment permise par le progrès technique et l’accumulation de capital humain.